Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Entre nous

ange02
Douceur Sucrée est né le  : 13/06/2010


Maman de 3 enfants, mamie d'une petite fille, j'aime partager avec les autres. La vie est riche d'enseignement : donner, recevoir, partager, aimer, ne pas aimer, se relever après l'embûche, avancer... C'est le monde de Douceur Sucrée.
Je vous invite à vous évader en partageant avec moi tout ce qui m'anime et me fait avancer dans la vie.


7402-romantic-bouquet-rosemary-basil-rose-a-la-pa-copie-1.jpg

Les textes et photos de ce blog signés ©SylvieG sont la propriété de l'auteure. Il est interdit de les reproduire sans mon autorisation. Ayez la courtoisie de m'en faire la demande et de mettre un lien vers mon blog.

Je n'ai pas toujours le crédit photo des images utilisées sur mon blog et je m'en excuse. Je les trouve parfois sur le net sans leur source, alors si elles vous appartiennent, n'hésitez pas à me le faire savoir. J'ajouterai votre lien ou j'enlèverai l'image selon votre souhait.


casa-dulce-hogar16_thumb-2-.jpg 

Retour à la page d'accueil
Contact
 

Instants tendresse

539113_303737609691664_127833850615375_759133_1713980816_n.jpg

 

393844 271261479605944 127833850615375 682246 652559856 n

 

huset-ved-Fjorden_thumb-2-.jpg

4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 00:00

femme14

 

 

Cet Amour

© Jacques Prévert

********************************

Cet amour
Si violent
Si fragile
Si tendre
Si désespéré
Cet amour
Beau comme le jour
Et mauvais comme le temps
Quand le temps est mauvais
Cet amour si vrai
Cet amour si beau
Si heureux
Si joyeux
Et si dérisoire
Tremblant de peur comme un enfant dans le noir
Et si sûr de lui
Comme un homme tranquille au milieu de la nuit
Cet amour que faisait peur aux autres
Qui les faisait parler
Qui les faisait blêmir
Cet amour guetté
Parce que nous le guettions
Traqué blessé piétiné achevé nié oublié
Parce que nous l'avons traqué blessé piétiné achevé nié oublié
Cet amour tout entier
Si vivant encore
Et tout ensoleillé
C'est le tien
C'est le mien
Celui qui a été
Cette chose toujours nouvelle
Et qui n'a pas changé
Aussi vrai qu'une plante
Aussi tremblante qu'un oiseau
Aussi chaude aussi vivant que l'été
Nous pouvons tous les deux
Aller et revenir
Nous pouvons oublier
Et puis nous rendormir
Nous réveiller souffrir vieillir
Nous endormir encore
Rêver à la mort,
Nous éveiller sourire et rire
Et rajeunir
Notre amour reste là
Têtu comme une bourrique
Vivant comme le désir
Cruel comme la mémoire
Bête comme les regrets
Tendre comme le souvenir
Froid comme le marble
Beau comme le jour
Fragile comme un enfant
Il nous regarde en souriant
Et il nous parle sans rien dire
Et moi je l'écoute en tremblant
Et je crie
Je crie pour toi
Je crie pour moi
Je te supplie
Pour toi pour moi et pour tous ceux qui s'aiment
Et qui se sont aimés
Oui je lui crie
Pour toi pour moi et pour tous les autres
Que je ne connais pas
Reste là
Là où tu es
Là où tu étais autrefois
Reste là
Ne bouge pas
Ne t'en va pas
Nous qui sommes aimés
Nous t'avons oublié
Toi ne nous oublie pas
Nous n'avions que toi sur la terre
Ne nous laisse pas devenir froids
Beaucoup plus loin toujours
Et n'importe où
Donne-nous signe de vie
Beaucoup plus tard au coin d'un bois
Dans la forêt de la mémoire
Surgis soudain
Tends-nous la main
Et sauve-nous.

Partager cet article
Repost0
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 00:00

femme12

 

LES CAMÉLIAS 
© Emile Nelligan

*******************************
Dans le boudoir tendu de choses de Malines 
Tout est désert ce soir, Emmeline est au bal. 

Seuls, des Camélias, en un glauque bocal 
Ferment languissamment leurs prunelles câlines. 

Sur des onyx épars, des bijoux et des bagues 
Croisent leurs maints reflets dans des boîtes d'argent. 

Tout pleure cette Absente avec des plaintes vagues. 
Le perroquet digère un long spleen enrageant. 

Le Saxe tinte. Il est aube. Sur l'escalier 
Chante un pas satiné dans le frisson des gazes. 

Tout s'éveille alourdi des nocturnes extases. 
La maîtresse s'annonce au doux bruit du soulier. 

Sa main effeuille, lente, un frais bouquet de roses ; 
Ses regards sont voilés d'une aurore de pleurs. 

Au bal elle a connu les premières douleurs, 
Et sa jeunesse songe au vide affreux des choses, 

Devant la sèche mort des Camélias roses. 

Partager cet article
Repost0
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 00:00

goutte02

 

© Crédit photo

  

J'étais ce jour de pluie

© Elodie Santos
************************
 
La paille était bien belle
et jaune comme l’été
au dessus, une pelle
qui n’avait pas creusé

 

J’étais toute à l’abri
sous ce toit de campagne
et regardais la pluie
tomber du ciel d’Espagne

 

Allongée sur ce banc
de bois, terre de Sienne
je m’en allais rêvant
j’étais une italienne

 

Mes cheveux étaient noir
mon corps pur comme l’eau
mes pieds posés sur l’or
et mes yeux un ruisseau

 

J’étais ce jour de pluie
comme je ne serai jamais plus

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 00:00

femme13

 

Rappelles-toi

© Alfred de Musset

_______________________________

Rappelle-toi, quand l’Aurore craintive
Ouvre au Soleil son palais enchanté ;
Rappelle-toi, lorsque la nuit pensive
Passe en rêvant sous son voile argenté ;
A l’appel du plaisir lorsque ton sein palpite,
Aux doux songes du soir lorsque l’ombre t’invite,
Ecoute au fond des bois
Murmurer une voix :
Rappelle-toi.

Rappelle-toi, lorsque les destinées
M’auront de toi pour jamais séparé,
Quand le chagrin, l’exil et les années
Auront flétri ce coeur désespéré ;
Songe à mon triste amour, songe à l’adieu suprême !
L’absence ni le temps ne sont rien quand on aime.
Tant que mon coeur battra,
Toujours il te dira
Rappelle-toi.

Rappelle-toi, quand sous la froide terre
Mon coeur brisé pour toujours dormira ;
Rappelle-toi, quand la fleur solitaire
Sur mon tombeau doucement s’ouvrira.
Je ne te verrai plus ; mais mon âme immortelle
Reviendra près de toi comme une soeur fidèle.
Ecoute, dans la nuit,
Une voix qui gémit :
Rappelle-toi.

 

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 00:00

femme18

© Crédit photo

 

 

A deux beaux yeux

© Théophile Gauthier

____________________________________

 

Vous avez un regard singulier et charmant ;
Comme la lune au fond du lac qui la reflète,
Votre prunelle, où brille une humide paillette,
Au coin de vos doux yeux roule languissamment ;

Ils semblent avoir pris ses feux au diamant ;
Ils sont de plus belle eau qu’une perle parfaite,
Et vos grands cils émus, de leur aile inquiète,
Ne voilent qu’à demi leur vif rayonnement.

Mille petits amours, à leur miroir de flamme,
Se viennent regarder et s’y trouvent plus beaux,
Et les désirs y vont rallumer leurs flambeaux.

Ils sont si transparents, qu’ils laissent voir votre âme,
Comme une fleur céleste au calice idéal
Que l’on apercevrait à travers un cristal.

 

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 00:00

banc01.jpg

 

 

Il meurt lentement

© Pablo Neruda

___________________________________________________


Il meurt lentement celui qui ne voyage pas,
celui qui ne lit pas,
celui qui n’écoute pas de musique,
celui qui ne sait pas trouver grâce à ses yeux.

 

Il meurt lentement
celui qui détruit son amour-propre,
celui qui ne se laisse jamais aider.

 

Il meurt lentement
celui qui devient esclave de l'habitude
refaisant tous les jours les mêmes chemins,
celui qui ne change jamais de repère,
Ne se risque jamais à changer la couleur de ses vêtements
Ou qui ne parle jamais à un inconnu


Il meurt lentement
celui qui évite la passion
et son tourbillon d'émotions
celles qui redonnent la lumière dans les yeux
et réparent les coeurs blessés

 

Il meurt lentement
celui qui ne change pas de cap lorsqu'il est malheureux au travail ou en amour,
celui qui ne prend pas de risques
pour réaliser ses rêves,
celui qui, pas une seule fois dans sa vie,
n'a fui les conseils sensés.

 

Vis maintenant !
Risque-toi aujourd'hui !
Agis tout de suite !
Ne te laisse pas mourir lentement !
Ne te prive pas d'être heureux !

 

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 00:00

fleur01 

 

 

Au coeur du coeur

 

© Andrée Chedid

____________________________________________

 

Au cœur de l’espace

Le Chant

 

Au cœur du chant

Le Souffle

 

Au cœur du souffle

Le Silence

 

Au cœur du silence

L’Espoir

 

Au cœur de l’espoir

L’Autre

 

Au cœur de l’autre

L’Amour

 

Au cœur du cœur

Le Cœur

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 00:00

georges sand

 

 

MADEMOISELLE

Alfred de Musset

_______________________________________

 

Ainsi, quand la fleur printanière
Dans les bois va s'épanouir,
Au premier souffle de zéphyr
Elle sourit avec mystère ;
et sa tige fraîche et légère,
sentant son calice s'ouvrir,
Jusque dans le sein de la terre
Frémit de joie et de désir.

Ainsi, quand ma douce Marie
Entrouvre sa lèvre chérie,
Et lève, en chantant, ses yeux bleus

Dans l'harmonie et la lumière
Son âme semble toute entière
Monter en tremblant vers les Cieux

Oui, femme, quoi qu'on puisse dire
Vous avez le fatal pouvoir
De nous jeter par un sourire
Dans l'ivresse ou le désespoir.

Oui, deux mots, le silence même,
Un regard distrait ou moqueur,
Peuvent donner à qui vous aime
Un coup de poignard dans le cœur.

Oui, votre orgueil doit être immense,
Car, grâce à notre lâcheté,
Rien n'égale votre puissance,
Sinon, votre fragilité.

Mais toute puissance sur terre
Meurt quand l'abus en est trop grand,
Et qui sait souffrir et se taire
S'éloigne de vous en pleurant.

Quel que soit le mal qu'il endure,
Son triste sort est le plus beau.
J'aime encore mieux notre torture
Que votre métier de bourreau.

Partager cet article
Repost0
11 août 2010 3 11 /08 /août /2010 00:00

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 

LE TEMPS
© Sedna

_________________________________________


Dans le temps qui déroule son foulard endimanché de givre, un petit nid existe pour chacun.
Il suffit de s'y asseoir un moment, de regarder le nouveau jour poindre.
Il apporte avec lui, de nouvelles espérances, une résurrection de la vie.
Parfois, la nuit succède à la nuit mais dans l'heure qui s'annonce, tu ne sais pas quel sera ton destin.
Ne le devine pas, laisse-lui une chance d'exister dans le soleil.
Il y aura toujours un rai de lumière sur ton chemin, un sourire, une fleur éclose, un amour naissant, une sucrerie, une image, ... l'espoir fait reculer les affres de la noirceur.
J'essaie d'en faire ma religion.
Soyons deux.
 ________________________________
Découvrez d'autres poèmes de Sedna ICI

 

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2010 4 22 /07 /juillet /2010 22:06

 

4767469507_f584bd03fa.jpg 

 

Tu ne ressembles à personne depuis que je t'aime.
Laisse-moi t'étendre parmi les guirlandes jaunes. 
Qui inscrit ton nom avec des lettres
de fumée parmi les étoiles du Sud ?
Ah laisse-moi me souvenir comment
tu étais alors, quand tu n'existais pas encore. [...] 
Maintenant, maintenant aussi, petite,
tu m'apportes du chèvrefeuille, 
et jusqu'à tes seins en sont parfumés.
Pendant que le vent triste galope en tuant des papillons 
moi je t'aime, et ma joie mord ta bouche de prune. 
Ce qu'il t'en aura coûté de t'habituer à moi, 
à mon âme esseulée et sauvage, à mon nom que tous chassent. 
Tant de fois nous avons vu s'embraser 
l'étoile du Berger en nous baisant les yeux 
et sur nos têtes se détordre
les crépuscules en éventails tournants. 
Mes paroles ont plu sur toi en te caressant.
Depuis longtemps j'ai aimé ton corps 
de nacre ensoleillée. 
Je te crois même reine de l'univers. 
Je t'apporterai des fleurs joyeuses 
des montagnes, des copihues, 
des noisettes foncées, et des paniers 
sylvestres de baisers. 
Je veux faire avec toi 
ce que le printemps fait avec 
les cerisiers.

Pablo Neruda
(extrait, L'AMOUR EN RIME)

Partager cet article
Repost0